Community//

Expecting a Crisis?

Our brain zooms in on threat signals, and it's hard to resist


[Traduction française ci-dessous]

Source: BlancoTejedor / unsplash

Do you see signs of impending doom? Do you think things are about to get bad?

“I’m just seeing the facts,” you may say. But our brain is good at zeroing in on doomsday scenarios. When you know how it does this, you can see the facts with fresh eyes.

The appeal of negative expectations has been on my mind since my friend Murielle told me about talk of a market crash in 2019. Murielle Van Boxem is Founder of the World League for the Right to Happiness, and a management consultant of long experience. I asked what she thought about such talk and she told me about a fascinating study. 

“Six monkeys were in an enclosure with a ladder leading to a bunch of bananas. One monkey started climbing toward the bananas and the experimenter sprayed it with ice-cold water. Then the experimenters withdrew it from the group and replaced it with a new individual. The newcomer started climbing towards the bananas and the other monkeys shoved it away. Then a second monkey was replaced, and the second newcomer was shoved. All six monkeys were eventually replaced. The fear continued, though none had direct experience with the threat. Every monkey was initiated into the fear of pursuing the rewards hanging right over them.”

Murielle added something interesting about the communication of fear:

“In Europe, many people, especially corporate managers, use the word ‘little’ in most of their sentences. For example: ‘he made a little phone call,’ ‘send me a little email,’ ‘let’s plan a little meeting.’ Then they are frustrated by their ‘little salary.’ Words shape our thoughts,” Murielle said. “How can you do big things when you think small?”

This fear trigger is little, but you find a lot of little triggers in your life when you look.

It’s hard to think positive when negativity surrounds you

Positivity doesn’t mean imagining castles in the air. It means knowing how your brain zooms in on the negative so you can expand your information. It’s simple:article continues after advertisement

1. Your brain turns on cortisol when it sees a pattern you experienced in a past cortisol moment.

2. Cortisol creates a full-body sense of alarm and the human cortex tries to help by scanning for information about the threat.

3. Information flows effortlessly into neural pathways paved by past experience. Your past cortisol experiences paved pathways that invite matching inputs today. Thus, it’s easy to see “evidence” that somehow resembles past threats. This triggers more cortisol, more evidence-seeking, and more cortisol.

This loop is individual but social interactions can spark it. Each brain has mirror neurons that are activated by observing others. When you see a cortisol response in others, your cortisol is stimulated and your “rational” cortex finds confirming evidence. With your two brains in agreement, the threat feels absolutely real.

 How we know what’s true

Each brain interprets the overload of sensory inputs by routing them into pathways built by past inputs. We are all born with billions of neurons but very few connections between them. Each of us connects our neurons from our own lived experience.

We don’t notice the act of routing new inputs into old circuits. It just happens because the electricity in your brain flows like water in a storm, finding the paths of least resistance. When your electricity flows, you feel like you know what is going on.

We have the power to stop this effortless flow and search for a better match. But it’s not fun. It’s distressing to reject the flow of meaning when you don’t have a better alternative. It’s even harder when those around you accept the original meaning. 

We mammals evolved to seek safety in numbers. A mammal relaxes and lowers its guard in the safety of a herd or pack or group, but it must run when its herd mates run to survive. If a mammal insisted on seeing the predator for itself, it would be weeded out of the gene pool. We are descended from mammals who trusted their mates’ alarm calls.

“They can’t all be wrong,” you tell yourself. But it’s useful to know how the pathways of effortless flow are built. Early experience builds the pathways that get myelinated, and myelination speeds electricity up to a hundred times faster. Negative experience builds super-pathways because our brain is designed to protect us from having to touch a hot stove twice. Your brain evolved to promote survival, not to make you happy all the time. You don’t consciously notice the act of choosing where to send your electricity. You just use the pathways you have.

You may end up running a lot 

Animals stick together when predators lurk, and disperse when the threat declines. They’d rather be dispersing because it brings more resources with less effort. You’d rather be dispersing too, but alarm signals from your troop keep bringing you back. What’s a big-brained mammal to do?

You are told to be empathetic so you watch the news and feed your brain endless alarm signals. You feel threatened constantly, and you’re sure the threat is real. It is real in the sense that real cortisol is flowing in your veins. You will suffer endless cortisol if you keep going with the flow.

But you have a choice

Now that you know how your brain works, you can resist the urge to treat every alarm signal as a real threat. You can do nothing and live in the unknown for a moment.

This feels awful at first

Resisting perceived threats feels scarier than running from them. Your inner mammal feels like you’ll be eaten alive. You’d rather relieve this sense of urgency by sharing the alarm with a herd.

If you refuse to react to alarm signals in the usual way, you don’t know what to do. You are stuck in the unknown. This feels dangerous because your brain has no proven response. But if you linger in the unknown, your inner mammal learns that it doesn’t kill you. A new pathway builds and your cortisol eases. It takes time, but it’s worth the effort.

You will be so thrilled when you build this new pathway that you will want to share it with everyone. But they may not be interested. It feels horrible to have your new insights ignored. It feels like endless isolation to your inner mammal. You may even be tempted to re-join the crisis-mongering herd. But you still have a choice. Find out more on how to do this in Habits of a Happy Brain: Retrain your brain to boost your serotonin, dopamine, oxytocin and endorphin levels, and at the Inner Mammal Institute.

French translation follows

….

A quand la crise ?

Notre cerveau zoome sur les signaux de menace, et il est difficile d’y résister 

Traduit par Murielle van Boxem

Voyez-vous des signes d’une catastrophe imminente ? Pensez-vous que les choses sont sur le point d’aller mal ?

« J’observe juste les faits », me direz vous. Mais notre cerveau est nul en scénarios apocalyptiques. Quand on sait comment il les gère, on voit les faits avec un autre œil.

Ce processus généré par des attentes négatives a attiré mon attention depuis que mon amie Murielle m’a parlé de rumeurs circulant à propos d’un krach boursier en 2019. 

Murielle van Boxem est fondatrice de la Ligue mondiale pour le droit au bonheur et consultante expérimentée en management. Je lui ai demandé ce qu’elle pensait de ces rumeurs, et elle m’a parlé d’une étude passionnante :

« Six singes sont enfermés dans une enceinte avec une échelle menant à un régime de bananes. Un singe entame l’escalade vers les bananes et les expérimentateurs l’aspergent d’eau glacée, Ce qui met fin à toute tentative d’escalade chez les singes. Puis les expérimentateurs remplacent l’un des singes par un nouvel individu. Le nouveau venu commence à grimper vers les bananes et les autres singes l’en empêchent. Puis un deuxième singe est remplacé et le nouvel arrivant est lui aussi empêché de grimper. Les six singes sont remplacés progressivement. La peurreste cependant présente, bien qu’aucun remplaçant n’ait eu l’expérience directe de la menace. Chaquesinge a été initié dans sa crainte d’atteindre les récompenses par la menace qui pèse directement sur celles-ci »

Murielle a ajouté quelque chose d’intéressant au sujet de la communication de la peur :« En Europe, beaucoup de gens, dont des dirigeants d’entreprise utilisent le mot « petit » dans la plupart de leurs phrases. Par exemple : « il a passé un petit coup de fil » « je t’envoie un petit email, » « organisons une petite réunion. » Puis ils sont frustrés par leur «petit salaire » explique Murielle en précisant que les mots façonnent nos pensées, Et elle ajoute : « Comment pouvez-vous faire de grandes choses quand vous pensez petit ? »

Ce déclencheur de crainte semble infime, mais quand vous écoutez bien, vous découvrez une multitude de ces « petits » déclencheurs dans votre vie.

Il est difficile de penser positif lorsque la négativité vous entoure

Positiver ne signifie pas imaginer des contes  de fées. Cela signifie prendre conscience que votre cerveau zoome sur le négatif alors que vous pouvez rechercher de nouvelles voies. C’est simple :

1.   votre cerveau déclenche le cortisol dès qu’il est confronté à une situation qui a déjà généré du cortisol dans le passé.

2. le cortisol crée un sentiment d’alarme dans tout le corps et le cortex tente alors de l’aider en recherchant plus d’informations sur la menace.

3. l’information circule sans effort par les voies neuronaleshabituelles creusées par nos expériences passées. Votre cortisol suivant les voies creusées par vos dernières expériences, il est donc facile de voir les « preuves » qui ressemblent à des menacesdéjà vécues. Cela déclenche plus de cortisol, plus de recherche de preuves et donc encore plus de cortisol.

Cette boucle est individuelle mais des interactions sociales peuvent la susciter. Chaque cerveau a des neurones miroirs qui sont activées en observant les autres. Quand vous voyez une réponse de cortisol chez d’autres personnes, votre cortisol est stimulé et votre cortex « rationnel » trouve des éléments de preuve pour le confirmer. Vos deux cerveaux étant en accord, la menace devient absolument réelle. 

Comment savoir ce qui est vrai

Chaque cerveau interprète la surcharge des inputs sensoriels en les dirigeant vers les voies ouvertes par les derniers inputs. Nous sommes tous nés avec des milliards de neurones, mais très peu sont connectés entre eux et ils le sont en fonction de notre propre expérience vécue.

Nous n’avons pas conscience du circuit pris par nos inputs ni que l’électricité dans notre cerveau agit comme une rivière gonflée par la tempête recherchant les voies de moindre résistance. Lorsque votre électricité circule, vous vous sentez bien car vous savez ce qui se passe.

Nous avons le pouvoir d’arrêter ce flux actionné sans effort et de rechercher un circuit mieux adapté. Mais ce n’est pas amusant. C’est pénible de modifier le flux lorsque vous n’avez pas une meilleure alternative. C’est encore plus difficile quand ceux autour de vous acceptent ce qu’ils croient être vrai. Les mammifères ont évolué pour chercher refuge dans le groupe. Un mammifère se détend et abaisse son dispositif de protection au sein de la sécurité d’un troupeau ou d’un groupe, mais il doit courir quand ses camarades courent pour survivre. Si un mammifère choisissait néanmoins de voir de ses yeux le prédateur avant de fuir, le prédateur le mangerait car il deviendrait une proie facile.

Nous descendons de mammifères qui avaient confiance dans les cris d’alarme de leurs congénères.« Ces congénères ne peuvent pas tous se tromper» vous dites-vous. Mais il est utile de savoir que la vitesse de l’électricité circulant sur les voies édifiées par nos premières expériences est jusqu’à cent fois plus rapide. 

Une expérience négative construit des circuits épatants parce que notre cerveau est conçu pour nous empêcher de toucher un poêle brûlant deux fois. Votre cerveau a évolué pour favoriser la survie,  pas pour se faire plaisir tout le temps. 

Vous n’avez pas conscience où vous envoyez votre électricité : il vous suffit d’utiliser les circuits que vous avez déjà.

Vous pourriez  être amené  à courir souvent

Les animaux se regroupent face aux prédateurs et se dispersent lorsque la menace diminue. Ils préfèrent se disperser car cela leur apporte plus de ressources avec moins d’effort. Vous préférez vous aussi vous disperser mais les signaux d’alarme de votre troupeau vous ramènent à lui.

Que fera le mammifère équipé d’un « grand cerveau » ?

Vous avez appris à faire preuve d’empathie, donc vous regardez les nouvelles et nourrissez votre cerveau de signaux d’alarme continuellement. Vous vous sentez menacé constamment, et vous ne savez pas si la menace est réelle ou pas..

C’est réel en ce sens que du cortisol bien réel circule dans vos veines. Si vous continuez à suivre ce courant, le cortisol vous fera souffrir indéfiniment.

Mais vous avez le choix

Maintenant que vous savez comment votre cerveau fonctionne, vous pouvez résister à l’envie de traiter chaque signal d’alarme comme une réelle menace. Vous pouvez ne rien faire et vivre dans l’inconnu pour un moment.  

Cela sera difficile au début

S’empêcher de réagir aux menaces perçues peut être ressenti comme plus effrayant encore que d’être informé de celles-ci. Votre mammifère intérieur se sentira comme si vous étiez dévoré. Vous aimeriez soulager ce sentiment d’urgence en partageant l’alarme avec le troupeau.

Si vous refusez de réagir aux signaux d’alarme de la manière habituelle, vous ne savez pas quoi faire. Vous êtes coincé dans l’inconnu. Cela semble dangereux parce que votre cerveau n’a aucune réponse éprouvée. Mais si vous persistez dans cet inconnu, votre mammifère intérieur apprend qu’il ne sera pas tué. Une nouvelle voie se crée et facilite la gestion de votre cortisol. Il faut du temps, mais ça en vaut la peine.

Vous serez tellement heureux lorsque vous aurez généré cette nouvelle voie que vous voudrez la partager avec tout le monde. Mais les autres peuvent ne pas être intéressés car c’est difficile de résister et d’ignorer les nouvelles. On veut mettre fin à l’isolement de notre mammifère intérieur. On est tenté de rejoindre un troupeau et de partager leur sens du danger. Mais vous avez toujours le choix.

Plus d’informations dans mon livre, Vos Hormones du Bonheur en Lumiere et Inner Mammal Institute.

    The Thrive Global Community welcomes voices from many spheres. We publish pieces written by outside contributors with a wide range of opinions, which don’t necessarily reflect our own. Learn more or join us as a community member!
    Share your comments below. Please read our commenting guidelines before posting. If you have a concern about a comment, report it here.

    You might also like...

    Well-Being//

    What’s Stopping You?

    by Jess Ratcliffe
    Wisdom//

    Can Love Fail?

    by Mika Ross | Therapist
    Community//

    The Power of Perception

    by Jennifer Farrer

    Sign up for the Thrive Global newsletter

    Will be used in accordance with our privacy policy.

    Thrive Global
    People look for retreats for themselves, in the country, by the coast, or in the hills . . . There is nowhere that a person can find a more peaceful and trouble-free retreat than in his own mind. . . . So constantly give yourself this retreat, and renew yourself.

    - MARCUS AURELIUS

    We use cookies on our site to give you the best experience possible. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Privacy Policy.